Nos Actions

 Actions qui font date

La Jeune Chambre Economique Française est l’initiatrice de nombreux projets soutenus par des organisations internationales. Parmi elles, la Journée Universelle des Droits de l’Enfant.

La JUDE est, en 1989, une action locale de la JCE de Romilly/Seine. Reprise par d’autres JCEL les années suivantes, puis par des JCE étrangères en 1993-94, elle est reconnue par JCI en 1995. La JCEF sensibilise des députés et obtient en avril 1996 – loi 96-296 – la reconnaissance du 20 novembre comme Journée Nationale des Droits de l’Enfant.

En 1998, à l’issue de la Conférence de Zone Europe qui se tient à Monaco, Son Altesse Sérénissime Le Prince Albert de MONACO accepte d’être porteur, devant l’Assemblée Générale des Nations-Unies, d’une résolution visant à la création d’une Journée Universelle des Droits de l’Enfant. Plus de 23 pays s’engagent à soutenir la démarche. En 2002, l’ONU inscrit le 20 novembre au calendrier des manifestations internationales comme Journée Mondiale de l’Enfance.

Les actions des Jeunes Chambres Économiques Locales ont trait à :

  • L’emploi : promotion de métiers délaissés, accompagnement et insertion de chômeurs, promotion de la création d’entreprise
  • Le développement économique : voyages d’industriels à l’étranger, sensibilisation à l’euro, salons de l’épargne, sensibilisation à la formation continue…
  • La coopération internationale : opérations humanitaires avec l’Afrique ou l’Asie, projets de développement durable…
  • Le civisme : promotion du don d’organe, prévention routière, intégration des personnes handicapées, éducation civique des jeunes…
  • L’aménagement du territoire : propositions de schémas directeurs, études de faisabilité, réhabilitation de quartiers…
  • L’environnement : récupération du verre, tri sélectif, parcours environnementaux…
  • La culture : festivals audiovisuels, musicaux, salons…

Une Méthodologie éprouvée

Ainsi les membres expérimentent, et peuvent acquérir de l’expérience par l’action au profit de la communauté.

Afin que les projets soient menés à bien, les commissions doivent suivre une méthode organisée en 6 étapes:

  • Enquête: afin de définir les problèmes et les besoins de la communauté, on peut recourir à divers types d’enquêtes (sondages, groupes de discussion, interrogation des leaders…).
  • Analyse: un rapport d’enquête est établi et il est communiqué aux personnes concernées par le projet, soit les membres (jaycees), le groupe visé dans la communauté et la presse. Un directeur de projet est alors nommé.
  • Planification: établissement d’un plan d’action. Cerner exactement l’objectif et le public visé, définir le résultat attendu et la stratégie à déployer, récapituler les actions à prendre, le responsable du projet et son équipe préparent le travail dans le temps et dans l’espace.
  • Action: chaque participant remplit sa part de responsabilité. Cette phase requiert du directeur de commission les qualités suivantes: délégation de pouvoir, supervision, communication, gestion de groupe, faculté de parler en public…
  • Évaluation: étape de conclusion du projet. Il s’agit d’évaluer le retour d’expérience afin d’en retenir les raisons du succès et d’apprendre des échecs. De la sorte, l’organisation est d’autant plus mûre pour les projets futurs.
  • Transmission: étant donné l’esprit « One man, one year, one job » de la Jeune Chambre, il est important que le directeur de commission veille à « l’après-projet »: contacts, retour d’expérience et mémoire du projet, mais aussi ce qui peut être nécessaire pour renouveler ou poursuivre le projet l’année suivante.