Historique de la Jeune Chambre

Les principales dates

  • 1915 : Henri Giessenbier crée aux Etats-Unis « l’Association des Jeunes Hommes pour le Progrès Civique ».
  • 1944 : Les organisations nationales se fédèrent en Junior Chamber International à Mexico.
  • 1952 : Yvon Chotard crée la Jeune Chambre Économique Française.
  • 1973 : Création de la Jeune Chambre Économique du Pays de Lorient
  • 1976 : La Jeune Chambre Économique Française est reconnue d’utilité publique.

Portrait d’Yvon Chotard : Fondateur de la Jeune Chambre Économique Française

Né en 1921 à La Madeleine (France), Yvon Chotard a obtenu des diplômes de droit, de littérature classique et de science politique. Au cours de sa longue et brillante carrière, il s’est distingué par ses contributions dans le domaine social et du travail, assumant beaucoup de très hautes charges et présidant divers organismes nationaux, tout en maintenant ses activités dans l’édition, après avoir fondé sa propre maison d’édition. En 1952, il creer les Jeunes Chambres Economiques Françaises, qu’il présidera jusqu’en 1956. De 1965 à 1970, il sera président du Centre chrétien des patrons et dirigeants d’entreprises français (CFPC); en 1964, il devient membre du Conseil économique et social, dont il présidera plus tard le Groupe des chefs d’entreprises privées.

Au sein du Conseil national du patronat français (CNPF), il sera successivement président de la commission Enseignement-Formation, premier vice-président du CNPF et président de la commission sociale. Dans le domaine de l’édition, il a été président du Syndicat national de l’édition (1975-79) et président du Cercle de la librairie (1975-88). En 1988, il a été élu président de la Fondation nationale pour l’enseignement de la gestion des entreprises (FNEGE). Il était aussi membre de divers conseils, fondations et associations, exerçant des fonctions dans beaucoup d’entre eux.

Il laissera le souvenir d’un homme exceptionnellement doué qui a donné ses lettres de noblesse au travail de ceux qui sont au service de l’humanité, du développement et du progrès social, le souvenir d’un chef charismatique et sage, ouvert, humain et chaleureux.

Les valeurs

 » Mon témoignage commence comme toutes les belles histoires :
Il était une fois …
Il était une fois une poignée de jeunes hommes dont aucun n’avait 30 ans, mais qui avaient suffisamment vécu pour avoir participé à la guerre, à la révolution nationale de Vichy ou à la résistance, qui se retrouvèrent durant l’hiver 1951-1952 dans un petit restaurant, aujourd’hui disparu, de la rue Godot de Mauroy à Paris, attirés par un désir commun de continuer à servir l’intérêt général tout en restant engagés dans la vie économique.

Que faire ? Comment faire ?

Telles étaient les questions qui se posaient. Pour y répondre, nous avons décidé de nous réunir autour d’un homme engagé pour lui demander de nous expliquer son engagement. Notre premier invité fut un vice-président du Centre des Jeunes Patrons, Jean MARTIN ; le second, un jeune député, André BETTENCOURT ; puis d’autres …

Les voies explorées ne nous tentaient guère. Un d’entre nous fit part de l’existence aux Etats-Unis d’un mouvement appelé « JUNIOR CHAMBER OF COMMERCE ». Nous fîmes venir le Président de la Chambre de Commerce américaine de Paris, le Colonel SOLJBORG qui nous parla avec enthousiasme du dynamisme de ces jeunes et de l’utilité de leur action.

Nous avions trouvé un nom étonnant : « Jeune Chambre de Commerce », que nous transformons rapidement en Jeune Chambre Économique pour éviter route confusion, et un cadre nouveau, où partis de l’économie, nous pouvions atteindre l’intérêt général en redécouvrant le civisme.

Le civisme, qui allait être l’alpha et l’oméga de notre doctrine l’opposant à l’engagement proprement politique et en découvrant qu’il était le commun dénominateur de nombreuses actions que notre empirisme nous inspirait. »

Extrait de l’allocution prononcée à Bordeaux pour le XXéme anniversaire de la JCEF.

Mission

La vocation de la Jeune Chambre Économique Française est de contribuer au progrès de la communauté mondiale en donnant aux jeunes l’opportunité de développer leurs talents de leaders, la prise de responsabilité sociale, l’esprit d’entreprise et la solidarité nécessaires pour créer des changements positifs.

Les membres Jeune Chambre imaginent et réalisent des projets au service de leurs cités, dans tous les domaines : social, économique, culturel, communautaire… Citoyens responsables, ils sont conscients de la difficulté de vivre en paix et en justice. Agés de 18 à 40 ans, ils se forment à la prise de responsabilité dans le respect de valeurs humanistes :

  • La foi dans l’Homme et dans le progrès de la communauté mondiale
  • La liberté de l’individu et de l’entreprise, garante de la justice économique
  • La solidarité internationale, car « la fraternité humaine transcende la souveraineté des nations »
  • Le respect de la personne humaine, « la plus précieuse des richesses »
  • Le respect des lois, la lutte contre l’arbitraire
  • La valeur de l’engagement et la noblesse de l’action au service de la communauté.